C’est une ville située au bord de la rivière Thu Bon et sur les routes maritimes de la soie. La vieille ville a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1999.

L’architecture d’époque représente les styles japonais, chinois et français. En effet, Hoi An n’a pas été détruit par la guerre et recèle de petits bijoux authentiques.

Jeudi 25 Avril

Il nous faut 3h30 de bus depuis Hué pour rejoindre Hoi An dans l’après midi.

Nous déjeunons avec un couple d’amis du lycée que je n’avais pas revu depuis 10 ans. Heureux hasard d’être au Vietnam, à Hoi An, au même moment.

Nous passons plusieurs heures ensemble et nous commençons à découvrir la ville de Hoi An à la tombée de la nuit.

C’est très joli. Les lanternes sont allumées et les rues piétonnes de la vieille ville donnent un charme pittoresque.

Beaucoup de temples et pagodes sont situés dans les rues piétonnes à côté des maisons et des magasins vendant aussi bien des objets authentiques que attrape touristes.

Vendredi 26 Avril

Un petit déjeuner devant la piscine nous fera le plus grand bien avant de louer des vélos et de pédaler à travers le vieux quartier de Hoi An.

C’est un quartier très prisé des touristes aussi bien à pied qu’à vélo. Quelques scooters accèdent à la partie piétonne mais l’absence de voiture rend cette balade encore plus agréable.

Nous visitons la plus vieille maison d’Hoi An, Tan ky, situé au 101 rue de Nguyen Thai Hoc.

7 générations se sont succédées et ont tout mis en oeuvre pour maintenir la maison en bon état malgré les inondations annuelles lors de la saison des pluies.

Il fait très beau et déjà très chaud. Des vendeurs de glaces et de crêpes sont à l’affut du moindre regard des touristes.

Le vieux quartier est un ensemble de couleurs jaunâtres et orangées qui se mêlent aux fleurs et aux lanternes suspendues.

Nous continuons notre chemin, nos yeux se délectant du paysage et de l’atmosphère qui émane de ce quartier.

Nous nous rapprochons du fameux pont pagode japonais qui est l’un des monuments les plus intéressants. Construit en 1593, il permettait de relier le quartier japonais au quartier chinois. Chaque extrémité du pont est ornée d’un couple de chiens d’un côté et d’un couple de singes de l’autre.

Nous continuons notre petite visite du vieux quartier de Hoi An.

Cette pagode porte le nom de Phuc Kien, et fut la maison communale de 6 dynasties Ming ayant fui la Chine. Construite en 1697, cette maison est dédiée à Thien Hau, déesse de la mer, protectrice des pêcheurs et des marins.

La visite se poursuit par une petite île Cam Nam, sympa mais pas grand chose à faire.

Nous décidons de prendre un petit passion juice au bord de la rivière pour faire voler le drone.

C’est surtout la deuxième île Cam Kim qui vaut le détour.

Nous y accédons par un pont en taule très bruyant où seuls les deux roues peuvent rouler.

Loin de la horde de touristes, c’est une île où la verdure est reine.

Nous voyons les rizières entourant des pagodes à moitié abandonnées. Nous ne croisons aucun voyageur, seuls une dame qui ratisse le riz et un monsieur à vélo seront les seuls êtres vivants croisés lors de cette balade.

Nous rentrons sur Hoi An pour déjeuner et nous nous retrouvons à cajoler un élevage de 5 chiots vraiment trop mignons.

C’est avec étonnement que je regarde le ciel et que je vois ce halo lumineux autour du soleil. Mais qu’est-ce donc ?

Cela s’appelle un halo lunaire. C’est les rayons du soleil qui se reflètent dans des cristaux qui se trouvent entre dans les nuages fins voilés.

C’est assez étonnant et très joli à voir. (attention aux yeux!)

Sur le chemin du retour, nous croisons cette dame d’un certain âge, vendeuse de rue ambulante, à pied, portant palanche sur l’épaule. Ce sont principalement des femmes, venant de la campagne jusqu’à la ville, à pied ou à vélo, pour vendre aux habitants fleurs, fruits, légumes, journaux…

Samedi 27 Avril

Aujourd’hui, nous partons en direction de Da Nang. C’est une ville située à 27km de Hoi An.

Nous partions là bas sans trop savoir quoi y faire; nous promener tranquillement et nous avons trouvé la plage très belle.

Une petite pause farniente s’impose à l’abri d’un cocotier (non, il n’y avait pas de noix de coco perchée là haut qui risquait de nous assommer^^).

Nous attendons patiemment le déjeuner… oui nous avions réservé dans la fameuse pizzeria, Pizza 4 P’s, (la même qu’à Hanoi) pour se faire un petit plaisir culinaire.

Une bonne pizza avec plein de fromage se mérite et vaut largement les 27km…

Le soir, nous retrouvons Tim et Ségolène que nous avions rencontrés la première fois lors de la boucle de Thakhek et que nous avons revus un certain nombres de fois par la suite.

Décidément, ce devait être la dernière fois que nous nous voyions en voyage lors de notre croisière sur la baie d’Halong mais le destin en a décidé autrement.

Dimanche 28 Avril

Aujourd’hui, c’est la journée vélo !

Mais d’abord, le petit déjeuner fruité est une étape non négociable !

Nous raffolons des fruits de la passion…

Nous partons en direction de l’île de Tran Nhan. Cette dernière se trouve à 5km de notre hôtel. Le soleil est déjà bien haut dans le ciel et il commence à faire chaud.

Une fois sur l’île, nous sommes alpagués par une femme qui cherche à nous vendre son tour dans les basket boat; l’attraction majeure de cette île. Ces petits bateaux en forme de coque de noix de coco servaient à pêcher.

Nous lui proposons de venir voir et nous verrons par la suite.

Finalement, après négociation nous partons faire un petit tour (très touristique) en coconut basket boat.

Nous naviguons dans la forêt de water coconut avec tous les autres touristes (dont les gilets oranges). C’est sympa mais beaucoup trop touristique a notre goût.

Un homme fait le show avec de la musique en faisant tourner et valser son basket boat dans tous les sens. C’est impressionnant !

Ensuite, nous voyons un homme jeter son filet de pêche à la mer. C’est également une attraction, il attend qu’il y ait assez de touristes autour de lui pour lancer son filet…

Bref nous avons été très déçus de ce tour attrape touristes et bingo nous nous sommes bien faits avoir! Et pourtant nous le savions!

Nous continuons notre route dans l’île loin de la foule et un petit sentier de sable nous entraîne dans un coin plus isolé. Ouf! Nous pouvons souffler !

La suite de notre balade nous emmènera à la plage à quelques km d’ici.

Il est l’heure de déjeuner et un Cao Lau pour moi et un Pho pour Flo raviront nos estomacs vides.

Un Cao Lau est une spécialité de Hoi An où sont mélangés du porc, des nouilles de riz, des légumes verts comme des épinards, des herbes (menthe, coriandre…) agrémentés d’une sauce soja.

La plage devant nous, Cua Dai, est décorée de nombreux sacs de sable formant un rempart comme si l’on attendait un typhon ou un tsunami d’ici peu. Nous décidons d’aller plutôt voir la plage d’An Bang à quelques km de Cua Dai.

Une petite glace nous fait de l’œil et nous la dégustons face à la plage d’An Bang où les transats et les huttes se succèdent.

Nous souhaitons passer par le fameux village de Tra Que pour rentrer.

Tra Que est un petit village écologique sur l’île de Cam Ha où seulement 400 habitants y vivent. Des petits jardins écologiques composent le village.

Ce dernier a été construit il y a 300 ans où dans un premier temps, les habitants étaient plutôt des pêcheurs avant de se consacrer à l’agriculture.

20 types de légumes et d’herbes sont cultivés dont la menthe, la coriandre, du basilic, le brocolis, la salade sur plus de 40ha de terrains.

Ni pesticides, ni OGM sont utilisés. Seuls des engrais naturels, une sorte d’algue, sont récoltés par les agriculteurs en barque le matin.

8 tonnes de légumes sont vendues chaque année.

Nous rentrons en direction de l’hôtel en faisant une halte à travers une rizière.

Quelques photos plus tard, nous voilà au bord de notre piscine à soulager nos cuisses et nos mollets après ces 15 km à vélo.